Les investisseurs étrangers semblent revenir en nombre dans l’hexagone : une bonne nouvelle et un indicateur favorable pour la santé du marché.

Immobilier en France : un pays à nouveau attractif

Les acheteurs ont boudé la France ces deux dernières années, en privilégiant Londres, la Toscane, Miami, New York ou encore Dubaï. Selon Lux-Residence qui a publié une étude récemment, l’Hexagone a regagné le cœur des étrangers et devient désormais le deuxième pays le plus attractifjuste derrière l’Espagne et devant les Etats-Unis.

Pourquoi ce revirement ?

Selon Laurent Demeure, PDG de Coldwell Banker France & Monaco, leader de l’immobilier de prestige, la visite du président François Hollande aux Etats-Unis en février aurait favorisé la demande. Le changement de discours politique a donc ré-ouvert la porte aux étrangers et aux français expatriés.

Confiance en hausse

Un des indicateurs de bonne santé du marché est la confiance des investisseurs.

Nous assisterions actuellement, toujours selon Laurent Demeur, au « retour de la confiance en la marque immobilier Made in France. »

C’est le cas pour 85% des acheteurs qui ont foi dans l’aboutissement de leur projet.

Ces derniers estiment que la situation économique va se stabiliser à l’avenir dans l’Hexagone et qu’il est temps d’acheter.

Immobilier de luxe : acheteur type

En 2014, l’acheteur type gagne plus de 200 000€ par an et a déjà investi dans la pierre (pour 65% d’entre eux). Seuls 64 % des acheteurs potentiels résideraient en France, contre 78 % en juin 2013.

De plus, autre élément important de l’étude : 1 acheteur sur deux ne dépensera pas plus de 1,5 million d’euros.

Laurent Demeur explique que « les vendeurs deviennent plus raisonnables, ils n’attendent plus une hausse qui ne reviendra pas ». Le prix dans l’immobilier de luxe en France ne représente que le 4ème critère d’achat, derrière les exigences de qualité et de localisation.

Une nouvelle positive qui fait plaisir, sur un marché immobilier bien morose. En souhaitant que cette hausse de la demande étrangère se confirme les prochains mois.

Écrit par Mélina Wilfling