La période est toujours très bonne pour les consommateurs souhaitant souscrire ou renégocier un prêt immobilier. Vous pouvez atteindre des taux de fixe de 3.1% sur 15 ans, 3.45% sur 20 ans, et ça peut même aller à un taux fixe de 3% pour les meilleurs dossiers.

Respecter les 2 règles d’or avant un prêt immobilier

Les taux sont avantageux, c’est alors le moment de respecter les deux règles d’or : se montrer à son avantage et faire jouer la concurrence. Pour cela, il vous faut présenter le meilleur apport possible, quitte à demander un coup de main à des proches.Ensuite, faire appel à un courtier immobilier est forcément une bonne chose pour comparer, et ça peut ne rien vous coûter si vous ne vous y retrouvez pas.

Mais toutes ces bonnes conditions ne doivent pas vous faire baisser de vigilance sur toutes les options et assurances qui entourent ces crédits immobiliers. Le taux effectif global peut rapidement augmenter avec une assurance perte d’emploi par exemple. Ainsi, cela vous coûte en moyenne 0.35% du capital, mais ne couvre souvent que la moitié de votre mensualité, sans oublier les franchises ou délais de carence. On peut considérer cette assurance comme peu protectrice.
Par contre, il faut porter une attention particulière à l’assurance décès-invalidité, qui coûte entre 0.3% et 0.5% du capital emprunté. Les personnes de moins de 40 ans ont tout intérêt à faire jouer la concurrence pour la souscription de cette assurance, qui est parfois onéreuse en passant par la banque. En allant voir un concurrent, et à condition que les garanties soient identiques, « vous pouvez réaliser jusqu’à 60 % d’économie sur la prime, même dans les cas spécifiques de risques aggravés, comme la pratique d’un sport dangereux ou d’une profession à risque », précise-t-on chez Crédixia.

Souplesses du crédit, frais de dossier et Garantie

Le fait de décrocher un crédit, si en plus il vous parait très favorable, ne doit pas vous aveugler sur les souplesses qu’il faut allouer à ce crédit. Par exemple, le report d’échéance devient fort efficace quand vous rencontrez des dépenses imprévues.
Moduler ses échéances, permet de réviser vos mensualités, et les augmenter ou réduire tout au long de la durée du crédit. Cela vous procure une réelle souplesse et vous permet de diminuer le coût du crédit ou de faire face à un coup dur.
Enfin, vous avez 3 garanties pour vos prêts, et cela peut être une source d’économie. Ces 3 garanties sont l’hypothèque pour le neuf ou les travaux ; le crédit logement privilège de prêteur de deniers pour les biens existants). Nous vous conseillons la garantie du crédit logement, car elle est payée en fin de crédit, et vous évite la main levée d’hypothèque en cas de vente prématurée, qui peut coûter jusqu’à 1000 euros.

Toutes ces options, assurances et garanties sont à négocier au moment de la recherche du crédit, quand vous êtes en position de force. Sinon, vous en paierez certainement le prix.

Vous souhaitez découvrir une actualité immobilière décalée ? Rendez-vous sur notre blog !