Immobilier locatif/Le dispositif Pinel : pourquoi continuer à en profiter ?
Malgré les annonces du gouvernement, le dispositif Pinel vaut encore le coup. Explications.

Les investisseurs vont pouvoir profiter du dispositif Pinel pendant encore quatre années supplémentaires, en partie dans certains secteurs, à savoir les zones A bis, A et B1. En effet, dans les zones B2 et C, ne seront plus éligibles que les logements achetés au plus tard le 31 décembre 2018, pour une demande de permis de construire déposée avant le 31 décembre 2017.

Cependant, les investisseurs doivent rester vigilant. Ne soyez pas trop gourmand sur le loyer dans les villes, nombreuses, où le plafond à respecter est supérieur aux tarifs locaux (voir simulation ci-dessous) vous tirerez un meilleur rendement global d’un appartement loué 6% au-dessous du marché, que du même bien loué 6% plus cher, qui engendrerait plus de vacance locative, de frais de recherche de locataires, de dégradations, etc.
Rentabilité estimée : de 2 à 4,5% par an avant avantage fiscal.
Risque estimé : de moyen à élevé.
Durée estimée : 6 ans minimum.
Fiscalité :  L’investisseur s’engage donc à louer le bien durant une période initiale de six ou neuf ans, renouvelable par période triennale dans la limite de douze ans. D’autre part, la réduction d’impôts atteint de ce fait 12, 18 ou 21% du prix d’achat, retenu dans la double limite de 300.000 euros et de 5.500 euros par mètre carré. Cette réduction est étalée pendant toute la durée de la location. Soit un gain annuel maximal de 6.000 euros durant les neuf premières années, puis de 3.000 euros de la dixième à la douzième année. Ce rabais est soumis au plafonnement des niches fiscales de 10.000 euros par an.